Décryptage

Après les élections professionnelles, quel bilan pour le Printemps écologique, le syndicat des écolos ?

Lors de son lance­ment en 2020, le Print­emps écologique se présen­tait comme le pre­mier «écosyn­di­cat». Il ambi­tion­nait alors d’intégrer les comités soci­aux et économiques (CSE) pour que les prob­lé­ma­tiques envi­ron­nemen­tales fig­urent au même rang d’importance que les ques­tions de salaires ou de bien-être au tra­vail. Qua­tre ans plus tard, le syn­di­cat peine à s’imposer.

Entretien

Nicolas Legendre : «La détestation viscérale d’une partie du monde paysan à l’égard des écologistes est entretenue par certains acteurs agro-industriels»

Nico­las Legendre est jour­nal­iste indépen­dant. Il a pub­lié Silence dans les champs (Arthaud), vaste enquête sur un monde agri­cole bre­ton aux dérives mafieuses pour lequel il a reçu le prix Albert Lon­dres en 2023. Auprès de Vert, il décrit un sys­tème agro-indus­triel à bout de souf­fle, biberon­né aux éner­gies fos­siles et tou­jours plus néfaste pour les agricul­teurs, les sols et le vivant.

Entretien

Gel, redoux et dérèglements climatiques : en France, un réseau de «vergers observatoires» pour comprendre comment les arbres s’adaptent

Le vert est dans le fruit. Depuis Cler­mont-Fer­rand, Guil­laume Char­ri­er, chercheur à l’Institut nation­al de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), est l’un des coor­di­na­teurs sci­en­tifiques d’un réseau de 6 verg­ers tests répar­tis sur le ter­ri­toire hexag­o­nal. Pour Vert, il revient sur ce pro­jet qui étudie les mécan­ismes d’adaptation des fruitiers à des con­di­tions météo et cli­ma­tiques changeantes.