Climat : les 12 mauvaises excuses pour ne rien faire

  • Par

Ça commence à se voir. Une équipe de spécialistes du climat a décortiqué les grandes familles d’arguments employés pour ne pas lutter sérieusement contre le bouleversement climatique.

« C’est vrai que le climat se réchauffe, mais »… Ces dernières années, le bon vieux climatoscepticisme qui avait cours jusqu’aux années 2010 a laissé la place à un phénomène plus pernicieux. Désormais, décideurs politiques, industriels et citoyens ont adopté d’autres astuces pour ne rien changer sur le fond. Dans un article publié dans la revue Global Sustainability, une équipe pluridisciplinaire faite de climatologues, psychologues ou sociologues s’est attelée à décortiquer les discours de l’inaction climatique.

Il ressort de leur analyse 12 arguments, rassemblés au sein de 4 grandes familles : la redirection de la responsabilité vers d’autres ; le plaidoyer pour des solutions au rabais ; l’accent mis sur les mauvais côtés de la transition ; la reddition pure et simple. Voici le tableau qui illustre leur typologie, traduit par nos soins :

La typologie des arguments employés par les tenants de l’inaction, traduite par Vert.

Pour aller plus loin, le site Bon pote a créé un jeu de cartes comprenant une série de contre-arguments pour chacune de ces mauvaises excuses.

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts