Surprise : l’« avion vert » ne permettra pas (du tout) de respecter l’accord de Paris

  • Post author:Par Loup Espargilière

Le progrès technique ne suffira pas : pour espérer contenir le réchauffement sous les 2°C, le trafic aérien devra forcément décroître, révèle une étude du Shift project et de Supaéro Décarbo. 

Peut-on avoir les avions sans le CO2 des avions ? Certains, comme Jean-Baptiste Djebbari osent encore l’espérer. Le ministre des transports brandit souvent l’avion « vert » comme le remède miracle qui permettra de concilier trafic aérien de masse et lutte contre le dérèglement climatique. Qu’en est-il ?

En 2018, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) avait calculé que l’humanité ne pourrait plus émettre que 844 gigatonnes (milliards de tonnes) de CO2 d’ici 2050 afin de contenir le réchauffement à moins de 2°C. Partant de ce chiffre, le think tank du Shift projet et le collectif Supaéro Décarbo ont attribué un « budget carbone » au secteur, au prorata de ses émissions en 2018 (2,56% du total mondial). Celui-ci ne devra pas dépasser 21,6 Gt de CO2 d’ici 2050.

Estimant que le trafic aérien retrouvera son niveau d’avant la pandémie dès 2024, puis qu’il connaîtra une croissance de 4% par an, les auteur•rice•s de l’étude ont approfondi plusieurs scénarios. Dans le plus optimiste, « la flotte mondiale se renouvelle en 15 ans (contre une moyenne actuelle de 25 ans), la production de carburants alternatifs est maximale (au-delà de toutes les projections actuelles) et elle est destinée en priorité au transport aérien », indique le rapport. Même dans ce scénario de rêve, le budget carbone est consommé en 2041. Une seconde projection, plus « raisonnable », prédit un dépassement dès 2038.

L’avion de demain, c’est le T.R.A.I.N. Une pépite anonyme trouvée sur Twitter. Cliquez sur l’image pour l’afficher en grand.

« Aucune trajectoire réaliste ne peut conduire à l’objectif sans réduire la croissance du trafic », tranche le rapport. Une solution réclamée de longue date par les ONG et, plus récemment, par la Convention citoyenne pour le climat. Parmi les mesures à mettre en place rapidement en France : supprimer le système de « miles » qui encourage à voler, ainsi que les vols courts réalisables en moins de 4h30 en train, et limiter l’aviation d’affaires, alors que 50% des déplacements sont effectués par les 1% les plus riches, rappelle l’étude.

Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous à la quotidienne de vert !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal