Les États-Unis promettent d’accroître leurs efforts pour le climat

  • Post author:Par Anne-Claire Poirier

Climate first ? Le président Joe Biden et son émissaire pour le climat John Kerry dévoileront les nouveaux engagements américains lors d’un sommet environnemental qu’ils organisent le 22 avril.

« Ce ne sont pas juste des belles paroles », a lancé John Kerry, mercredi, lors d’une réunion co-organisée par l’Agence internationale de l’Énergie (AIE) et la présidence de la COP26. «  Nous allons réduire nos émissions, nous allons accélérer d’une manière très significative », a-t-il également promis (AFP).

Son pays est en retard dans la présentation de sa nouvelle feuille de route climatique, qui doit détailler les engagements pour les années à venir. Un document appelé NDC, pour « contribution déterminée au niveau national », attendu fin 2020 de la part de toutes les nations signataires de l’Accord de Paris. Accord que les Etats-Unis n’ont rejoint qu’en février dernier. Du reste, seuls 70 pays sur 200 ont rendu leur copie à temps, s’est déjà plainte l’ONU (Vert).

Ces derniers mois, la plupart des gros émetteurs tels que la Chine, l’Union européenne, le Japon ou la Corée se sont engagés officiellement à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 (2060 pour la Chine). A cet horizon, leurs dernières émissions de gaz à effet de serre devront être absorbées par des puits de carbone, tels que les forêts. John Kerry a tout de même pressé les pays à « faire beaucoup plus », car « si on regarde la courbe sur laquelle nous nous trouvons, nous nous dirigeons en réalité vers plus de 4 degrés » de réchauffement d’ici la fin du siècle.

Le même jour, Joe Biden a proposé un plan d’investissement dans les infrastructures de 2 000 milliards de dollars (1 700 Mds€) sur huit ans, dont l’objectif affiché est de créer « des millions d’emplois », de lutter contre le changement climatique et de tenir tête à la Chine. Il devra défendre son projet au Congrès où sa majorité est étroite, rappelle l’AFP. Si le président compte sur une augmentation de l’impôt sur le revenu pour le financer, il a toutefois rappelé qu’il croyait « au capitalisme américain » et qu’il n’avait rien contre les millionnaires et les milliardaires, qui sont pourtant des causes majeures du réchauffement climatique (Vert).

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal