Le lourd bilan environnemental de Donald Trump

  • Par

L’élection présidentielle aux Etats-Unis se tiendra dans la nuit (française) de mardi à mercredi. En attendant les résultats d’une nuit cruciale pour la planète, voici un florilège des mesures les plus néfastes prises par Donald Trump au cours de ces quatre interminables années passées au pouvoir. 

99 : c’est le nombre ahurissant de normes censées protéger l’environnement que l’actuel président a détricotées ou qui seront bientôt défaites, d’après le dernier décompte réalisé par le New York Times

En vrac, Donald Trump s’est attaqué aux limites d’effusion de mercure issu des centrales au charbon ; à celles des émissions de CO2 des nouvelles voitures ; aux plafonds d’émissions de CO2 des centrales au gaz ou au charbon ; les compagnies gazières et pétrolières ne seront plus obligées de détecter et réparer les fuites de méthane issues de leurs activités. 

Donald Trump plante un arbre avec Emmanuel Macron, en 2018 © Steven L. Herman

En matière de forage et d’extraction, l’administration Trump a donné son accord à l’ouverture de la réserve naturelle de l’Alaska aux compagnies gazières et pétrolières ; a autorisé la construction du Dakota access pipeline à quelques centaines de mètres de la réserve sioux de Standing rock ; a annulé les normes en matière de pollution de l’eau liée à la fracturation sur les terres fédérales et indiennes.

Trump a aussi allégé l’évaluation environnementale des projets fédéraux d’infrastructure ; réautorisé l’usage de munitions de chasse et matériel de pêche au plomb ; permis la chasse de prédateurs dans la réserve naturelle de l’Alaska ; les compagnies qui exploitent le charbon peuvent à nouveau jeter leurs déchets miniers dans des cours d’eau ; a cessé de financer le fonds vert pour le climat des Nations Unies, qui doit permettre aux pays en développement de s’adapter aux dérèglements climatiques. Enfin, Donald Trump a engagé le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris. Celui-ci sera effectif… dès le 4 novembre. 

« Sous mon administration, nous avons supprimé près de 25 000 pages de réglementations nuisibles à l’emploi, de loin plus qu’aucun autre président dans l’histoire de ce pays »

Donald Trump, cet été 

Si Joe Biden n’est pas connu comme un écologiste convaincu, celui-ci a promis de revenir sur toutes les normes défaites par Trump (Vert). A contrario, la réélection de Donald Trump à la tête du deuxième plus gros émetteur mondial de CO2 engagerait le monde sur une pente toujours plus glissante alors que s’ouvre une décennie cruciale pour le climat. Plus d’informations dans le New York Times (en anglais). 

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts