Le gendarme du nucléaire ouvre la prolongation des plus vieilles centrales au-delà de 40 ans

  • Post author:Par Loup Espargilière

Dans un avis rendu jeudi 25 février, l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) ouvre la voie au prolongement, au-delà de 40 ans, de la durée de vie des plus anciennes centrales.

Elles vont en reprendre pour dix ans. Entrées en activité au tournant des années 1980, les huit centrales dotées de réacteurs de 900 mégawatts avaient été pensées pour fonctionner 40 ans sans danger – bien qu’elles ne comportent pas de date de péremption. Le Blayais (Gironde), le Bugey (Ain), Chinon (Indre-et-Loire), Cruas (Ardèche), Dampierre (Loiret), Gravelines (Nord), Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) et Tricastin (Drôme) ; dans son avis, l’ASN les juge toutes aptes à poursuivre au-delà de leur quatrième visite décennale. 

Un prolongement possible sous réserve qu’EDF réalise les travaux prescrits par l’ASN. Ceux-ci doivent, par exemple, permettre de renforcer les piscines de refroidissement du combustible, ou encore, tenir compte des aléas climatiques non-prévus lors de la construction.

Première de cette génération, la centrale nucléaire de Fessenheim a été débranchée en 2020 après avoir fonctionné pendant 43 années © Florival

Opératrice des centrales, EDF reconnaît que ces travaux seront d’une ampleur « sans précédent » (Le Monde). Ces dernières années, l’ASN s’est montrée critique à l’égard de l’énergéticien. A la sortie de son dernier rapport annuel, son président déplorait notamment « des opérations de maintenance réalisées de manière non conforme au cahier des charges » ou, plus généralement, « un manque de conscience professionnelle dans la culture de sûreté » chez EDF, qui recourt à de nombreux prestataires extérieurs. 

Parmi les opposant•e•s, le réseau Sortir du nucléaire accuse l’ASN d’avoir simplement entériné la stratégie d’EDF qui prévoyait de longue date une prolongation au-delà de 50 ans. Autre grief, les travaux seront effectués en deux phases : « Sachant que les réacteurs abordent leur 4ème visite décennale à 42 ans en moyenne, ils verraient donc la fin des travaux à près de 47 ans de fonctionnement… », dénonce Sortir du nucléaire dans un communiqué.

Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous à la quotidienne de vert !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal