Le bitcoin consomme autant d’électricité que la Norvège, et bientôt plus encore

  • Post author:Par Loup Espargilière

Le revers de la pièce. L’explosion du bitcoin – la plus célèbre des cryptomonnaies – entraîne une surconsommation d’énergie phénoménale à travers la planète

Il y a un an, en mars 2020, un bitcoin valait environ 5 000 euros. Le 11 mars 2021, il s’échangeait désormais contre 48 236 euros. De quoi aiguiser des appétits voraces.

Pour obtenir de nouveaux bitcoins, il faut « miner » : c’est-à-dire vérifier et sécuriser des transactions grâce à des ordinateurs pour le compte de la plateforme. En échange d’un très grand nombre d’opérations, les mineurs collectent les bitcoins nouvellement créés. Tous les quatre ans environ, le nombre d’opérations à vérifier pour obtenir cette même récompense double, indique le site bitcoin.fr

Si, autrefois, des utilisateurs individuels ont pu se lancer dans cette activité avec leurs modestes moyens, celle-ci est désormais l’apanage d’industriels. Et les revenus sont directement proportionnels à la puissance de calcul déployée par leurs machines. Ce qui génère une surconsommation folle d’électricité.

Un centre de minage de bitcoins © Greenidge generation

En 2017, le réseau bitcoin pompait 30 terawatts heure d’électricité par an, soit la consommation annuelle de l’Irlande. Aujourd’hui, elle atteindrait entre 78 et 101 TWh : à peu près autant que la Norvège, a calculé Alex de Vries. Dans son étude, publiée mercredi dans Joule, cet économiste néerlandais prédit que les récents gains permis par le bitcoin vont encourager les « mineurs » à investir dans du matériel supplémentaire et à accroître encore leur consommation d’électricité. Celle-ci pourrait rapidement grimper à 184 TWh, non loin des 200 TWh consommés par la totalité des data centers du globe. 

Pour limiter la gabegie, Alex de Vries suggère la hausse des taxes sur l’électricité, la mise en place de moratoires sur l’installation de nouveaux équipements – comme l’a fait le Québec, ou la confiscation du matériel.

Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous à la quotidienne de vert !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal