« Affaire du siècle » : la justice invitée à condamner l’Etat pour son inaction climatique

  • Post author:Par Loup Espargilière

L’affaire est entendue ? Jeudi, lors du procès de l’« Affaire du siècle », la rapporteuse publique a invité le tribunal administratif à condamner l’Etat pour « carence fautive » dans sa lutte contre le changement climatique. 

Deux ans après le lancement de l’« Affaire du siècle » (détaillée par Vert), l’Etat s’est retrouvé, jeudi, devant le tribunal administratif de Paris pour répondre des accusations d’inaction climatique portées par quatre ONG : Notre affaire à tous, Greenpeace, Oxfam et la Fondation Nicolas Hulot. 

Jeudi, des militant•e•s ont déployé une banderole en bord de Seine pour rappeler que 2,3 millions de personnes ont soutenu la pétition de l’Affaire du siècle. © Greenpeace

Chargée d’éclairer les juges, la rapporteuse publique Amélie Fort-Besnard a donné raison aux requérantes. Elle a constaté « la carence de l’État à adopter des mesures publiques contraignantes », dont résulte « un surplus annuel d’émissions de gaz à effet de serre qui aggrave le préjudice écologique »raconte Reporterre

Elle a souligné le non-respect de la trajectoire de réduction des gaz à effet de serre que l’Etat s’est lui-même fixée. En 2015, la France s’est promise de réduire de 40% ses émissions de CO2 d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990 (SNBC). Or, les émissions n’ont baissé que de 0,9% entre 2018 et 2019, alors que le rythme prévu est de 1,5% par an jusqu’en 2025 et 3% au-delà, comme l’a rappelé le Haut-Conseil pour le climat en juillet dernier (rapport).

La rapporteuse publique, dont les recommandations sont généralement suivies par les magistrat•e•s, a proposé que l’Etat soit condamné à verser 1 euro symbolique aux associations (sauf Notre affaire à tous, jugée trop jeune) en raison du préjudice moral. Si elle a considéré qu’une large part de la population française était bien victime d’un préjudice écologique, Amélie Fort-Besnard a rejeté l’idée d’une réparation. Préférant laisser du temps à l’Etat pour ajuster le tir.

Une condamnation de l’Etat pour un tel motif serait inédite en France et marquerait un tournant dans la justice climatique. Réponse du tribunal d’ici une quinzaine de jours. 

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal