Verdragon, une nouvelle maison de l’écologie populaire en banlieue parisienne

  • Par

Trône déter. Les écologistes d’Alternatiba et le syndicat de parents des quartiers populaires Front de Mères unissent leurs forces pour créer Verdragon, une future maison de l’écologie pour toutes et tous.

A la lisière des 26 hectares du parc des Guilands, entre Montreuil et Bagnolet (Seine-Saint-Denis), l’ancien local du centre socio-culturel Guy Toffoletti accueille de nouveaux locataires : Alternatiba, mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale, et le Front de Mères, syndicat de parents qui milite depuis 2016 pour l’auto-organisation des quartiers populaires.

Les deux associations, qui se retrouvent depuis plusieurs années au gré des marches et manifestations, veulent « mobiliser toutes les couches de la société pour mener à bien la lutte en faveur du climat », explique Gabriel Mazzolini, porte-parole d’Alternatiba Paris. « Le front climat n’était pas aussi large que nécessaire » abonde Fatima Ouassak, du Front de Mères. « En tant que parent·e·s, on réfléchit au sort de nos enfants, aux questions de justice au sens large et donc d’écologie ».

Fatima Ouassak (Front de mères), Elodie Nace et Gabriel Mazzolini (Alternatiba) devant les futurs locaux de Verdragon à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) © Tristan Saramon

Une quinzaine de bénévoles animeront le lieu, appuyé·e·s par des salarié·e·s si le financement participatif – lancé hier – le permet. Au programme : des conférences, des projections, ou des ateliers cuisine qui feront la part belle à la saisonnalité et à la transmission culturelle, alimentés par une Association pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP). Les premiers paniers seront distribués le 15 mai, jour de l’inauguration de Verdragon. Des opposant·e·s à la centrale nucléaire de Plogoff viendront y raconter leur combat, 40 ans après l’abandon du projet.

Centre social et écolieu, Verdragon a pour ambition de produire du savoir autour de l’écologie populaire et d’exporter sa méthode pour « construire un mouvement de masse », des mots de Gabriel Mazzolini. « Il ne s’agit pas de venir conscientiser le 93, prévient Fatima Ouassak : les luttes sont là, y compris les luttes écologistes ».

Pour l’anecdote, dans la série le Trône de Fer – allégorie du réchauffement climatique – le Verredragon est le seul matériau capable de venir à bout des Marcheurs Blanc qui menacent l’humanité.

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts