Une Société protectrice des végétaux pour redonner vie aux plantes abandonnées

  • Post author:Par Loup Espargilière

Elles ne vont pas rester plantées là. A Lyon, la première « Société protectrice des végétaux » veut offrir une seconde vie aux plantes délaissées

Contrairement aux animaux, les plantes – encore vivantes – peuvent finir à la benne. Pour remédier à cette absurdité, Nicolas Talliu vient d’ouvrir à Lyon la première SPV, ou Société protectrice des végétaux. Cet ancien architecte-paysagiste de 33 ans récupère des fins de stocks chez des grossistes ou des végétaux boudés par les particuliers. Dans sa pépinière urbaine du quartier de Gerland (7ème arrondissement), il les recueille, les bichonne, puis les revend. 

La pépinière de la SPV © Société protectrice des végétaux

Au Parisien, il décrit la SPV comme un « Too good to go de la plante », du nom de cette application qui permet de récupérer des invendus de la restauration à prix modique. Mais sur son site, la SPV indique aussi vouloir œuvrer à « faire reconnaitre les végétaux comme des êtres vivants » et« agir contre le gaspillage et la maltraitance végétale ». La SPV prévoit également de contribuer à la végétalisation du milieu urbain afin d’assainir l’air et de lutter contre le réchauffement climatique. Elle propose aussi des ateliers pour permettre au public de s’instruire au sujet du monde végétal, ainsi qu’un service de gardiennage de plantes.

Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous à la quotidienne de vert !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal