Macron face aux « 150 » : un référendum et c’est tout

  • Post author:Par Loup Espargilière

Contorsion présidentielle. Lundi soir, la rencontre entre Emmanuel Macron et les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) s’est transformée en exercice de justification

Depuis le Conseil économique, social et environnemental, le président s’est entretenu de visu et en visio avec la majeure partie des 150 citoyen•ne•s de la CCC. Depuis plusieurs jours, celles et ceux-ci se sont plaint•e•s dans la presse de l’affaiblissement de leurs propositions par l’exécutif dans son projet de loi climat, présenté à l’Assemblée nationale début 2021. 

Emmanuel Macron devant la CCC au Conseil économique, social et environnemental, lundi soir. © Convention citoyenne pour le climat

En janvier, Emmanuel Macron avait juré de transmettre « sans filtre » les mesures élaborées par la CCC au Parlement ; nombre d’entre elles ont en réalité été largement édulcorées (Vert) avant d’arriver devant les député•e•s. Le « sans filtre »,« ça veut dire simplement n’oublier aucune des propositions faites, bien en mesurer l’impact et les soumettre au vote », a avancé Emmanuel Macron, dans une tentative peu convaincante. 

Le président a tout de même fait une annonce : un projet de loi sera transmis au conseil des ministres fin janvier, afin de proposer un référendum sur l’inscription de la préservation de l’environnement et la lutte contre le dérèglement climatique dans l’article premier de la constitution. Celui-ci devra être adopté dans les mêmes termes par l’Assemblée et le Sénat, ce qui relèvera d’une gageure.

Cette reprise d’une des propositions de la CCC n’éclipse pas les nombreux renoncements : Emmanuel Macron a, par exemple, réaffirmé son opposition à un moratoire sur la 5G ou à l’interdiction de la publicité pour les produits polluants.

« Comment, en minorant nos propositions, vous pensez atteindre un objectif qui est aujourd’hui 15% supérieur à celui sur lequel nous avons travaillé ? » 

– Question de Christine, membre de la Convention Citoyenne, à Emmanuel Macron

Posée « sans filtre », cette question est d’importance alors que les chef•fe•s d’Etat et de gouvernement de l’UE ont décidé, vendredi dernier, de réduire les émissions européennes de 55% d’ici 2030 (Actu-environnement). L’objectif français – celui sur lequel bûche la CCC depuis janvier – était jusqu’alors de -40% par rapport au niveau de 1990. « Etes-vous climato-cynique, au point de décider de ne pas atteindre ces objectifs en 2030, ou climato-sceptique ? », a jeté l’un des 150 au président. 

Cet article est extrait de la lettre quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous librement !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal