Dans les eaux arctiques, le vivant victime de nos vêtements

  • Post author:Par Loup Espargilière

Machines à souiller. Le nettoyage de nos vêtements synthétiques génère une importante pollution plastique et nuit à la vie marine dans les eaux de l’Arctique. 

Pour s’en convaincre, des scientifiques ont réalisé des prélèvements en près de cent points de la région polaire et à différentes profondeurs. Comme elles et ils l’ont révélé dans une étude, publiée mardi dans Nature, du plastique a été trouvé dans 96 de leurs 97 échantillons ; 40 particules par mètre cube en moyenne. Plus de 92% des microplastiques étaient des fibres, dont 73% étaient faites de polyester. Ces dernières étaient de tailles et de couleurs comparables aux fibres qui composent nos vêtements. 

Lorsque nous passons nos habits synthétiques en machine, une partie des fibres qui les constituent est évacuée avec l’eau de lavage et se retrouve dans les océans. Contrairement à d’autres plastiques qui restent en surface ou sombrent, la flottabilité du polyester est nulle : c’est-à-dire que celui-ci est en apesanteur dans l’eau et demeure longtemps au même niveau de profondeur.

La plupart des prélèvements ont été réalisés entre 3 et 8 mètres de profondeur, une zone où la vie marine est riche et où l’on trouve planctons, petits et grands poissons, et où les oiseaux et mammifères marins viennent se nourrir. 

Des solutions existent pour diminuer cette importante pollution : équiper les machines à laver de filtres à microplastiques, ce que prévoit de rendre obligatoire en 2025 la loi antigaspillage votée en janvier 2020 ; et préférer les vêtements en fibres naturelles – le lin étant la star d’entre toutes. Plus d’informations dans le Guardian (anglais). 

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal