Et si on protégeait réellement les espaces protégés ?

  • Post author:Par Loup Espargilière

Un collectif très hétéroclite, parmi lequel figurent l’écrivain Sylvain Tesson, la navigatrice Isabelle Autissier ou le philosophe Baptiste Morizot, réclame que les espaces naturels protégés le soient réellement.

Artificialisation des sols, pollution, pesticides, chasse, etc. ; en France comme ailleurs, les menaces qui pèsent sur le vivant sont légion. Pour lutter contre le déclin rapide de la biodiversité, des espaces naturels protégés ont été établis à travers le territoire national. 

En mai 2019, Emmanuel Macron avait déclaré vouloir protéger 30% des espaces naturels du pays – terre et mer compris – dont un tiers « en pleine naturalité » (devenu « en protection forte ») à l’horizon 2030, rappellent les auteur•rice•s d’une tribune publiée dans le Monde. Mais que signifient ces termes ?

Moins de 1,5% du territoire français est actuellement sous « protection forte »rappelait l’Inventaire national du patrimoine naturel en 2019. Pourtant, même au sein de ces espaces, les activités humaines continuent : l’exploitation forestière, les pâturages, la chasse et la pêche sont pratiqué•e•s dans plusieurs parcs nationaux et réserves naturelles, rappelle le texte. « A ce jour, on peut estimer que seulement 0,6 % du territoire terrestre métropolitain français assure la libre expression des processus naturels ».

Les signataires de cet appel demandent à l’exécutif de « renforcer la notion de protection forte pour que les 10% promis le soient en libre évolution (en pleine naturalité) », c’est-à-dire peu ou pas modifiés ni perturbés par les activités humaines. « Arrêtons de vouloir maîtriser et exploiter la totalité des espaces et des écosystèmes, laissons, en certains lieux, la nature prendre la direction qu’elle souhaite ! exhortent-elles et ils. Car la nature libre, autonome, spontanée et sauvage a des capacités de réparation étonnantes, à condition qu’on lui en laisse l’espace et le temps. »

Cet article est extrait de la lettre quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous librement !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal