Recréer une forêt primaire en Europe : le rêve de Francis Hallé

  • Post author:Par Loup Espargilière

Forêt s’y mettre. A 82 ans, le botaniste Francis Hallé caresse un doux rêve : recréer une forêt primaire en Europe. 

A 82 ans, survolant parfois leurs cimes en radeau, il a voué sa vie a étudier les plus anciennes demeures des arbres : les forêts primaires d’Afrique, d’Amazonie ou d’Indonésie. Des forêts vieilles de plusieurs siècles et restées intouchées par les humains. Sols foisonnants de vie, arbres multiséculaires ; ces forêts rendent des services sans pareille à l’ensemble du vivant et absorbent des quantités phénoménales de CO2. 

Dans les cimes du Ceibo, en Amazonie péruvienne. Dessin de Francis Hallé © Association Francis Hallé pour la forêt primaire

On entend souvent dire que la forêt, en France ou en Europe, a regagné du terrain au cours des dernières décennies. Une pâle copie, tout au plus : « On parle là de plantations rectilignes, sans variétés d’essences ou d’âges, sans aucune biodiversité, et qui ne stockent pas le carbone », explique Francis Hallé au Parisien.

Il y a un an, Francis Hallé s’est donc mis à la recherche d’un terrain de quelque 70 000 hectares (ou 26km2) en Europe de l’Ouest. Un lieu où faire naître et laisser s’exprimer le vivant pendant plusieurs siècles. La forêt du Risoux, dans le Jura fait partie des candidates, rapporte France 3.

Un projet qui s’inscrit dans une temporalité d’un autre âge, qu’assume le botaniste : « J’en ai marre de cette tyrannie de l’immédiateté, dit-il encore au Parisien. Quand nos ancêtres construisaient des cathédrales, cela prenait bien plusieurs siècles. » Amen. 

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal