Pour préserver le vivant, laissons pousser les bas-côtés de nos routes

  • Par

Changement de tonte. Des chercheur·se·s proposent de laisser pousser la végétation au bord des routes pour permettre au vivant de s’y développer.

Quoi de plus artificiel qu’un bas-côté de route régulièrement rasé de près, sinon la route elle-même ? Et pourtant, ces bandes inertes pourraient accueillir une foisonnante biodiversité si l’on voulait bien laisser faire la nature.

Dans leur étude, publiée dans la revue Landscape and Urban Planning, des chercheur·se·s ont étudié le cas britannique. Entre l’Angleterre, l’Ecosse et le pays de Galles, les bordures de routes représentent plus de 2 500 kilomètres carrés de terre, soit 1,2% de la surface totale du Royaume-Uni. Dont 41% de prairies, 19% de bois, 11% de broussailles et 27% (soit 707 km2) de pelouse régulièrement coupée.

En passant la tondeuse seulement une ou deux fois par an, les végétaux auraient le temps de se développer pour offrir un habitat à de nombreuses espèces. Et les insectes – dont les précieux pollinisateurs – auraient le loisir de se développer. De quoi nourrir les oiseaux, qui connaissent un grave déclin en France comme ailleurs. Etc. Des arbres pourraient être plantés pour accélérer le processus.

« Puisque la pénurie de terres est un obstacle majeur s’opposant à la résolution de nombreux problèmes environnementaux, les bords de routes présentent une formidable opportunité en matière de protection de la nature, de captation de carbone et de verdissement urbain », indique les auteur·rice·s.

Dans la mesure où les bords de routes sont gérés par un faible nombre d’acteurs (essentiellement les pouvoirs locaux et les concessionnaires d’autoroutes), un tel changement pourrait être opéré rapidement.

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts