L’Etat sommé de changer sa politique de protection de l’ours

  • Post author:Par Loup Espargilière

Oups brun. Le Conseil d’Etat et l’Europe demandent au gouvernement de revoir sa copie en matière de protection des ours pyrénéens

Depuis un quart de siècle, la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées est un véritable casse-tête (raconté ici par Reporterre). En juin 2019, afin de prévenir les dégâts sur leurs troupeaux, les éleveurs avaient obtenu un arrêté leur ouvrant la possibilité de réaliser des « tirs d’effarouchement » : tirs à blanc ou de cartouches en caoutchouc, par exemple. Le 4 février, saisi par des associations écologistes, le Conseil d’Etat a partiellement annulé cet arrêté. Les juges estiment que ces dérogations « ne permettent pas de s’assurer de […] l’amélioration de l’état de l’espèce ».

L’ours tué par balles en juin 2020 © Ministère de la transition écologique

Trois ours tués en 2020, dont un côté français : un drame pour les organisations écologistes qui réclament le remplacement des animaux morts de la main de l’Homme. Fin janvier, dans un courrier adressé à 28 associations françaises et espagnoles, un membre de la direction générale de l’environnement de la Commission écrivait : « Je vous informe que la Commission a déjà indiqué aux autorités françaises que le remplacement des trois ours tués semble à minima nécessaire, à la lumière de l’état de conservation défavorable de l’ours en France » (Ferus).

En visite à Pau (Pyrénées-Atlantiques) il y a un an, Emmanuel Macron avait promis qu’il n’y aurait « pas de réintroductions d’ours dans le massif pyrénéen ». Si la France refusait l’injonction de Bruxelles, elle se mettrait en infraction. Fin 2018, deux ourses en provenance de Slovénie avaient été réintroduites dans les Pyrénées. La population totale atteint désormais 52 individus, trop peu pour assurer leur viabilité, selon les associations.

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal