Le plastique, serial killer des océans

  • Post author:Par Loup Espargilière

Le colonel moutarde, avec un pot en plastique, au fond de l’océan. Une vaste analyse de plusieurs études scientifiques a déterminé quels plastiques étaient les plus mortels pour la vie marine

Pour son analyse, publiée dans Conservation letters, l’agence nationale scientifique australienne (CSIRO) a passé en revue 655 articles sur les déchets en mer. Il ressort que l’ingestion de plastique en mer a été observée chez plus de 1 400 espèces animales : parmi 81 des 123 espèces de mammifères, chez les sept espèces de tortues de mer et chez la moitié des plus de 400 espèces d’oiseaux marins. 

Parmi les déchets les plus meurtriers, révèle l’analyse : les plastiques fins (comme les sachets ou les films en cellophane) ont causé le plus de morts chez les cétacés et les tortues ; les déchets de pêche ont été les plus ravageurs chez les pinnipèdes (phoques et otaries) et les fragments de plastique dur ont été les plus mortels chez les oiseaux. Le caoutchouc, les restes de matériel de pêche, le métal, et les ballons et autres objets en latex ont les taux de létalité les plus élevés.

L’ingestion de plastique peut causer la mort de nombreuses manières : par obstruction ou perforation intestinale, affamement, péritonite, scepticémie, fécalomes, etc. « La mort causée par l’ingestion de ces objets n’est pas rapide, et n’est probablement pas sans douleur », s’est émue auprès du Guardian Lauren Roman, autrice principale de l’analyse : « C’est une affreuse manière de mourir ». Plus d’informations dans le Guardian (en anglais). 

Cet article est extrait de la lettre quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous librement !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal