La nouvelle parade des maires contre les pesticides

  • Post author:Par Loup Espargilière

Habile, édile. Un maire de Loire-Atlantique a peut-être trouvé une manière détournée de protéger ses administré•e•s de l’exposition aux pesticides.

Depuis mai 2019, dans la foulée de Daniel Cueff, l’édile de Langouët (Ille-et-Vilaine), de nombreux maires de petites communes avaient signé des arrêtés pour interdire la pulvérisation de produits phytosanitaires à proximité d’écoles ou d’habitations. Un mouvement auquel le Conseil d’Etat vient de mettre un coup d’arrêt. Le 31 décembre, la plus haute juridiction administrative a décidé d’interdire la publication d’arrêtés antipesticides au motif que cette compétence revenait à l’Etat.

Mais un maire, celui de La Montagne (Loire-Atlantique) a peut-être trouvé une parade, comme le rapporte Actu-environnement. Dans un arrêté publié le 11 janvier, Fabien Gracia s’en est pris aux pesticides non pas en tant que tels mais au nom de la lutte contre les dépôts sauvages de déchets : « hors de la propriété à laquelle ils sont destinés » le rejet de pesticides « constitue un dépôt de déchets », indique le texte. 

« L’arrêté est fondé sur deux compétences indéniables de police municipale : le trouble de voisinage et le dépôt de déchets », explique à Actu-environnement Daniel Ibanez des Amis de la Terre, qui a oeuvré à la rédaction de ce texte. En occultant le débat sur la dangerosité ou l’innocuité des pesticides, ce type d’arrêté pourrait se révéler plus difficile à attaquer. A lire dans Actu-environnement (abonnés). 

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal