Dans l’ancien zoo de Pont-Scorff, le réensauvagement pas à pas

  • Post author:Par Loup Espargilière

Be kind, rewild. Depuis un an, la coalition Rewild tente de mettre les pensionnaires de l’ancien zoo de Pont-Scorff (Morbihan) sur le chemin de la vie sauvage

En décembre 2019, Rewild (que l’on peut traduire par « réensauvagement ») lançait une campagne de financement participatif pour racheter ce parc zoologique décrépit et ses quelque 500 pensionnaires. Grâce à la mobilisation de figures médiatiques, les 600 000€ nécessaires avaient été obtenus en un temps record.

Devenue propriétaire, Rewild a rapidement fermé le zoo au public afin d’en faire un havre pour ses animaux sauvages, ainsi que pour de nouveaux arrivants issus de trafics. L’objectif : soigner les bêtes et les préparer à retourner dans la nature. 

L’éléphante Gandhi, qui a passé des décennies en captivité à Pont-Scorff © Rewild

Un chemin semé de nombreuses embûches, énumérées par Libération  : articles de presse critiques, regard circonspect de « l’industrie de la captivité », saisie de cinquante perroquets gris du Gabon par l’Office français de la biodiversité (OFB), ou litiges : propriétaires du terrain de 14 hectares, les anciens gérants réclament des arriérés de loyers impayés. 

En septembre 2020, la préfecture du Morbihan a publié un arrêté accablant pour les gestionnaires du centre. On peut notamment y lire que « 2 428 kg de cadavres ont été collectés par l’équarrisseur sans que l’exploitant ait documenté et recherché les causes possibles de cette mortalité ». La coalition a été mise en demeure d’être plus transparente quant au rôle et aux compétences de chacun•e de ses membres ou encore, de créer un dossier sur l’état de santé des animaux. 

« Depuis qu’on a rencontré le préfet fin octobre, ça va mieux, il voit qu’on n’est pas des allumés », a affirmé la cofondatrice de Rewild Lamya Essemlali à Libé. Aucun relâcher n’a encore eu lieu, mais les soigneur•se•s s’emploient toujours à remplumer les pensionnaires dans l’attente d’éventuelles réintroductions. Reportage à lire dans Libération (abonnés). 

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal