La maladie de l’encre décime les châtaigniers d’Île-de-France

  • Post author:Par Loup Espargilière

De quoi se faire un sang d’encre. En Île-de-France, quelque 250 hectares de châtaigniers devront être abattus pour freiner la propagation de la maladie de l’encre

Proches du champignon, les agents pathogènes qui causent cette maladie détruisent les racines des châtaigniers (Inrae). S’ensuit un assèchement des arbres, qui entraîne leur mort. Arrivés en Europe à la fin du 19ème siècle, et restés relativementsilencieux depuis, ces pathogènes pourraient connaître une seconde jeunesse sous l’effet du réchauffement climatique. 

Après avoir fait des ravages dans les forêts de la façade Atlantique française et des Pyrénées, elle s’est étendue au reste du pays dans les années 2000. Montmorency, Malmaison, Versailles… Les forêts franciliennes sont durement touchées.

Des châtaigniers touchés par la maladie à Montmorency © Inrae

Pour mesurer l’ampleur des dégâts, le ministère de l’Agriculture, l’Office national des forêts, le Centre national de la propriété foncière et l’Institut national de la recherche agronomique (Inrae) ont uni leurs forces à l’été 2020. Ils ont comparé les images issues des satellites Sentinel-2 de l’Agence spatiale européenne avec l’état sanitaire de certaines parcelles constaté lors d’observations de terrain. Leur permettant ainsi de mesurer l’état des forêts à grande échelle depuis le ciel. 

Au total, raconte le Parisien, 250 hectares de forêts publiques devraient être abattus en Île-de-France d’ici 2025, seule manière d’endiguer l’épidémie. L’Office nationale des forêts prévoit de replanter ces bois avec des espèces plus adaptées au réchauffement climatique, comme le chêne sessile ou le chêne pubescent, et de mélanger les essences.

Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous à la quotidienne de vert !

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal