A lire : La folle histoire de la mondialisation

  • Par

Une formondiale époque. Dans La folle histoire de la mondialisation, des économistes mettent en dessin notre ouverture au monde et ses conséquences sur notre quotidien.

La crise du Covid-19 a jeté la lumière sur l’interdépendance de nos économies, la délocalisation en Asie de nos productions – y compris stratégiques, comme les masques –, ou l’importance des flux touristiques. « Pour certains, [la mondialisation] c’est la clé du développement, qui a sorti de la misère des millions de gens. Pour d’autres, c’est la cause des dérives inégalitaires, ce qui a détruit l’environnement et rendu les Etats impuissants », explique l’un des auteurs. Entre ces deux polarités, l’ouvrage offre une vision docte, limpide et contrastée de la mondialisation.

« Où fabrique-t-on un jean ? », « La mondialisation fait-elle davantage de perdants que de gagnants ? », « Peut-on dompter la finance ? » ; assis dans un café parisien, les chercheur·se·s Isabelle Bensidoun et Sébastien Jean brossent à grands traits l’interconnexion de nos économies et ses dérives à partir d’exemples concrets. Superbement illustrée par Enzo, journaliste à Alternatives économiques qui, dans cet ouvrage, n’hésite pas à porter le crayon dans la plaie, la bédé s’attarde aussi sur les conséquences environnementales de l’ouverture à tous crins.

Les auteur•rice•s rappellent par exemple que les émissions de CO2 liées au commerce de marchandises proviennent en majeure partie de leur mode de production et en minorité de leur transport. En revanche, si elle et il constatent la nécessité d’aller vers plus de sobriété au niveau individuel « surtout pour les hauts revenus, responsables d’une part disproportionnée des émissions », les universitaires balaient d’un revers de la main un modèle de sobriété collective et vantent les mérites des solutions technologiques et de l’innovation.

Au cœur d’un jeu à somme négative pour le vivant, cette bande-dessinée grand public apportera aux lecteur•rice•s les connaissances et les concepts clés pour identifier les mécanismes sur lesquels ils et elles peuvent agir, afin de ne pas abandonner la critique de la mondialisation aux populistes nés de sa crise.

La folle histoire de la mondialisation, Enzo, Isabelle Bensidoun, Sebastien Jean, Les Arènes BD, avril 2021, 248p, 24,90€

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts