▶ Sur le front du recyclage

  • Post author:Par La rédaction de Vert

Trier, c’est bien, mais. Car il y a des « mais », beaucoup de « mais » au recyclage, présenté à tort comme le geste écologique ultime. Dans son dernier épisode, la série Sur le front s’est demandé ce que deviennent nos déchets plastiques, une fois passée la poubelle jaune. Et ce n’est pas joli à voir.

Nous consommons 350 fois plus de plastique que dans les années 1950. Un appétit gargantuesque qui trouve ses limites dans le réel : cargos de déchets expédiés à l’autre bout du monde, pollutions en tous genres, sols et corps contaminés. Le geste de tri ne peut rien contre une telle gabegie.

Sur le front, la face cachée du recyclage © France télévisions

Le nouvel épisode de cette série consacrée à l’écologie est toujours aussi bien écrit et réalisé. Hélas, cherchant sûrement une note positive, le documentaire s’égare au cours de ses deux dernières minutes, en faisant la promotion d’un prototype « miracle » de bouteille 100% recyclable. Omettant soudainement de calculer l’énergie nécessaire pour collecter et refabriquer des bouteilles et oubliant les premières 50 minutes de film, qui expliquent par le menu le problème du plastique à usage unique, sa surabondance dans nos emballages et les innombrables complications liées au tri. La seule véritable solution, que dessine pourtant si bien la majeure partie du documentaire : réduire nos déchets à la source.

Sur le front, la face cachée du recyclage, 2021, 52′, disponible en replay sur le site de France télévisions.

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal