Quatre espèces de thons requinquées par les quotas

  • Par

Les thons ont la pêche. Quatre espèces de thons pêchés commercialement sont « en bonne voie de rétablissement » grâce à l’application de quotas de pêche régionaux appliqués depuis une décennie

C’est ce qu’a révélé l’actualisation de la « liste rouge » des espèces menacées faite par l’UICN à l’occasion du congrès mondial à Marseille. Une lutte plus efficace contre la pêche illégale mise en place par certains pays a aussi contribué à aider ces espèces à se relever (UICN).

Les espèces concernées sont le thon rouge de l’Atlantique (passé de la catégorie « en danger » à « préoccupation mineure »), le thon rouge du Sud (passé de « en danger critique » à « en danger »), le thon blanc et le thon albacore (passés de « quasi menacés » à « préoccupations mineures »). Une « preuve que les approches de pêche durable fonctionnent, avec d’énormes avantages à long terme pour les moyens de subsistance et la biodiversité », a déclaré Bruce B. Collette, président du groupe de spécialistes des thons et espadons à l’UICN. L’instauration depuis 2007 de quotas divisant par quatre le nombre de captures possibles de thon rouge au niveau mondial a donc eu des répercussions positives (AFP).

Un thon jaune (ou Albacore) © Martin Gil Gallo

Malgré cette bonne nouvelle, l’UICN alerte sur les « pressions croissantes » qui pèsent sur l’ensemble de la vie marine et sur le fait que « de nombreux stocks régionaux de thon restent gravement appauvris ». La plus petite population autochtone du thon rouge dans l’Atlantique, qui nage dans le golfe du Mexique, a par exemple diminué de plus de moitié au cours des quatre dernières décennies.

A l’occasion de notre semaine du vivant, retrouvez chaque jour le portrait d’une espèce menacée, qui raconte certains des bouleversements en cours.

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts