Les geais qui replantent des forêts, ou les bienfaits du réensauvagement naturel

  • Par

Travail à la chêne. Au Royaume-Uni, des geais ont replanté la moitié des arbres de deux nouvelles forêts en quelques années à peine, preuve de l’efficacité de la régénération naturelle de certains écosystèmes.

A Monks Wood, une réserve naturelle du comté de Cambridge, un ancien champ d’orge abandonné en 1961 et une ex-prairie délaissée en 1996 ont fait place à deux nouveaux bois. Et cette fois, les forestiers ou les associations n’y sont pour rien. Comme le racontent les auteur·rice·s d’une étude publiée dans la revue Plos One, plus de la moitié des arbres qui peuplent ces deux espaces renaturés ont été plantés par des geais des chênes.

Un geai des chênes (Garrulus glandarius) qui tient un escargot dans son bec. © Dinkum

Ceux-ci stockent régulièrement des glands sous terre pour s’assurer d’avoir à manger tout l’hiver. Oubliés par les corvidés, certains fruits deviendront des chênes. Cette dispersion des glands grâce au travail des geais permet aux arbres de répandre rapidement leur descendance et de couvrir de larges distances.

En 24 années à peine, l’ancienne prairie est peuplée de 132 arbres par hectare – principalement des chênes. Un chiffre qui monte à 390 pour le champ d’orge.

Dans ces zones laissées libres, les jeunes pousses ont pu profiter de la réapparition de ronces et d’aubépine, qui les ont protégées de l’appétit des mammifères. La broussaille leur a aussi permis de survivre à des épisodes de fortes chaleurs, indique l’étude. Autant d’arguments qui plaident pour des solutions de « réensauvagement passif » à chaque fois que cela est possible, selon les scientifiques. Au Royaume-Uni comme en France, la plantation d’arbres à des fins climatiques – souvent des conifères peu adaptés au terroir local – est fréquemment opérée de manière industrielle.

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts