Les émissions du secteur aérien en chute libre

  • Post author:Par Anne-Claire Poirier

Vol piqué. Entre janvier et novembre 2020, le trafic aérien a plongé de 54%, entraînant une baisse des émissions de CO2 de 56,7% sur la même période.

La « pire année de l’aviation européenne » a cloué au sol 51% de la flotte et fait chuter le nombre de vols au départ ou à l’arrivée d’un aéroport européen de 11,1 millions en 2019 à 5 millions en 2020, vient d’annoncer l’organisation européenne Eurocontrol (le communiqué en anglais). Ce niveau de trafic correspond à celui observé au milieu des années 80.

Le fait que la baisse des émissions soit plus marquée que celle du trafic s’explique par plusieurs facteurs : l’absence de congestion du ciel pendant la pandémie permettant des trajectoires de vol plus directes ; l’écroulement du trafic long courrier, le plus émetteur ; le choix des compagnies de continuer à faire voler en priorité les avions les plus récents et économes en carburant.

Eurocontrol ne prévoit pas de retour « à la normale » avant 2026. Le trafic attendu en 2021 devrait ainsi afficher une baisse de 49% par rapport à 2019.

L’aviation représente entre 2 et 3% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal