Le gouvernement veut réprimer plus durement les opposants à l’avion

  • Par

Déconnage immédiat. Mardi, la majorité LREM à l’Assemblée nationale a validé le projet gouvernemental de créer un délit d’intrusion sur les pistes des aéroports, visant délibérément les associations écologistes opposées au développement du transport aérien. 

C’est un projet de loi fourre-tout « portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans le domaine des transports, de l’environnement, de l’économie et des finances » qu’ont adopté les député·e·s ce mardi 6 juillet. Son article 10 instaure un « délit d’intrusion », qui punira de six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende « le fait de s’introduire dans la zone côté piste d’un aéroport ». Une peine majorée si elle est « commise en réunion » ou si elle est « précédée, accompagnée ou suivie d’un acte de destruction, de dégradation ou de détérioration ».

Ce nouveau délit vise délibérément les ONG environnementales qui ont fait de l’avion, moyen de transport élitiste et responsable à lui seul de 6% du réchauffement mondial, une cible privilégiée. En octobre dernier, des dizaines de militant·e·s d’Alternatiba et des Amis de la Terre avaient envahi le tarmac de l’aéroport de Roissy (RTL) pour protester contre la construction d’un quatrième terminal. En mars 2021, Greenpeace avait investi la même piste pour repeindre en vert un avion d’Air France (Libération), dénonçant le greenwashing du gouvernement, davantage porté sur la promotion des carburants « verts » que sur la réduction du trafic aérien.

L’action menée le 5 mars 2021 par des activistes de Greenpeace sur le tarmac de Roissy © Denis Meyer / Greenpeace

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement tentait d’imposer ce délit contre les activistes écologistes. En novembre, l’exécutif avait déposé un amendement similaire à la proposition de loi sécurité globale. Celui-ci avait été déclaré irrecevable par l’Assemblée nationale, qui avait estimé qu’il ne présentait pas de lien avec le texte déposé. La deuxième fois sera probablement la bonne : après avoir été adopté en procédure accélérée par le Sénat, puis l’Assemblée, le texte passera bientôt devant une commission mixte paritaire, qui devrait valider l’essentiel des dispositions gouvernementales.

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts