Le docu : Comme un requin (de la finance) dans l’eau

  • Post author:Par Loup Espargilière

Après l’or noir, l’or bleu ? La population mondiale augmente et les ressources en eau se raréfient : une catastrophe pour le plus grand nombre mais une aubaine pour les marchés financiers. L’édifiant documentaire Main basse sur l’eau raconte comment, petit à petit et pays par pays, la finance confisque l’eau. Arguant d’un hallucinant prétexte écologique : si elle coûte cher, les gens arrêteront de la gaspiller, pas vrai ?

Cette croyance que le marché peut, mieux que les États, réguler l’usage de l’eau pousse même certaines organisations écologistes à souscrire à la marchandisation du bien le plus précieux. Heureusement, de nombreux•ses citoyen•ne•s refusent de se laisser faire, prenant la rue et les institutions internationales.

Main basse sur l’eau (2019), Jérôme Fritel, diffusé sur Arte. 

© Arte

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal