La France, encore loin de la pêche « durable »

  • Post author:Par Loup Espargilière

Garde la surpêche. Malgré une lente amélioration, seuls 47% des volumes de poissons et fruits de mer pêchés en France proviennent de populations en bon état

C’est le principal enseignement du bilan pour l’année 2020 publié vendredi par l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Cette étude a évalué l’état de 160 populations vivant dans les eaux qui bordent l’hexagone. 

État des populations de poissons exploitées en France métropolitaine en 2020 (part des débarquements en volume). © Ifremer / Jérémy Barrault

13% des débarquements de poissons proviennent de populations reconstituables ou en reconstitution, indique le bilan. Au total, 24% des volumes sont encore issus de la surpêche dont 2%, de populations effondrées. C’est le cas du merlu, en Méditerranée. Fauché avant d’atteindre la maturité sexuelle, il ne compte plus assez de reproducteurs pour maintenir ses populations. Comme l’Italie et l’Espagne, la France doit réduire de 30% les captures de merlus d’ici 2025. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan pluriannuel de gestion de la pêche en Méditerranée occidentale. Adopté par le Conseil de l’Union européenne (UE) en 2019, celui-ci doit permettre d’alléger la pression sur les espèces peuplant cette aire marine très exploitée. 

Exemples de populations de poissons classées selon leur état en 2020. © Ifremer / Jérémy Barrault

En 2013, l’UE s’était fixé l’objectif d’atteindre 100% de pêche durable en 2020 au plus tard. La France, comme l’Europe, sont loin du compte. Par ailleurs, 17% des populations n’ont pas été évaluées ou ne sont pas encore classifiées par les halieutes de l’Ifremer. 

Cet article est extrait de la quotidienne de vert. Pour ne rien rater des dernières actualités, inscrivez-vous!

Chère lectrice, cher lecteur,

Vert, c'est un média indépendant, qui n’est financé ni par la publicité, ni par une quelconque fondation d’entreprise.

À Vert, nous nous sommes fixé une mission : offrir au plus grand nombre une information fiable, simple et accessible au sujet de la crise climatique, l’enjeu de ce siècle.

Pour poursuivre cet objectif, nous avons besoin de vous ! Un don, même modeste, de quelques euros par mois, contribuerait à rendre Vert un peu plus solide et nous permettrait de financer reportages et enquêtes pour raconter les bouleversements de la planète.

Je fais un don déductible
d’impôts sur OkPal